Just (don’t) do it: mon fashion paradoxe

Ou l’art de culpabiliser en achetant des Nike

Adeptes de boots à talons et de jolis escarpins, j’ai un jour ressenti l’appel de la sneaker machiavélique.

– Fais pas ta bourge, adopte le lifestyle de la parisienne trendy cool, susurrait-elle dans sa boite en carton.

– Vas piétiner à la Mano et laisse-moi tranquille, répondis-je. Je ne peux pas me permettre ; j’ai la jambe courte, le mollet jap’ et personne n’ignore ton passé trouble. J’ai vu The Big One de Michael Moore en 97 donc je sais de quoi je parle. La main d’œuvre  à bas prix, on sait bien ce que ça implique…

– Sois pas rancunière, l’exploitation des petites indonésiennes c’était juste « un détail de l’histoire ». J’ai fait en sorte de me racheter une conduite depuis!

– De toute façon, tu tombes mal. Actuellement, l’uniforme français de rigueur est le jean slim et la Stansmith blanche*, on ne peut pas faire autrement. Il faut ABSOLUMENT que tout le monde soit bien pareil, c’est primordial, on est o-bli-gées! (ref. 2015)

LacostePour me différencier un minimum, j’ai donc choisi des Lacoste « Carnaby Evo » perforées – qui n’eurent qu’un succès relatif parmi mes congénères mais qui ont le mérite d’assoir ma singularité.

C’est là que tout à basculé. A partir du moment où, rebondissant comme un cosmonaute, on goûte à jouissance de la semelle souple, à partir du moment où le panard prend ses aises, s’étalant de tout son long, bien confortablement, tout autre type de chaussure rime soudain avec torture. Sans l’artifice des talons, le fait de soudain ressembler à un petit pot de yaourt boudiné dans un jean slim ne suffit plus à freiner la pulsion d’achat.

La sneaker machiavélique se rappelle à notre bon souvenir.

J’ai donc fini par acheter deux paires de baskets Nike.

Cela fait-il de moi un potentielle collabo en temps de guerre ? A la barre, je m’en défends :

– Ce n’est pas juste, le modèle Intenationalist noir est un basique. Ce n’est pas de ma faute, j’en avais VRAIMENT besoin ( le « basique » s’inscrivant désormais dans la pyramide de Maslow).

Je me sens donc comme faisant partie intégrante de toute ma génération de bobos éthiques et avisés, qui s’indignent allègrement sur le scandale Monsanto, tout en buvant de grandes lampées de Coca Zéro en terrasse.

Nous vivons une époque formidable.

PS: *si vous portez des Stansmith , prenez garde les Anti-Stansmith peuvent vous attaquer à coups de bombe de peinture dans la rue :  Voir l’article d’Open Minded   🙂


Illustration Daniela Henriquez

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 années ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *