La voyante sortie de l’annuaire

> Extrait de mon roman (une comédie grinçante racontée à la manière d’un conte moderne)

[…] Brigitte Jeanjean était née à Châteauroux. Depuis que son père était mort dans un accident de pelleteuse alors qu’elle avait à peine dix-huit ans, elle trouvait des réponses à ses interrogations existentielles dans l’étude exaltée des croyances mystiques, empruntées à diverses religions ou ethnies.

Bouleversée par la révélation du psy, elle ne savait plus à quel saint se vouer ni quel miracle pourrait enrayer les pensées déviantes de sa petite fille. Sans consulter son époux, elle finit donc – en toute logique – par faire appel à une medium.

Sur la porte du cabinet de voyance, un autocollant représentait deux mains ouvertes d’où fusaient des lasers blancs et un message : votre avenir est à portée de main.

Intérieurement, la petite Petula jubilait d’entrer chez cette Madame Irma sortie de l’annuaire.

Intérieur velours. Des bibelots de mauvais goût dans la pénombre matelassée. L’atmosphère était suffocante, saturée de parfums trop prononcés mêlés à l’odeur âcre et sucrée des vieux. Tout suintait le malaise. L’enturbannée avança à pas lents, tenant une boîte du genre cabalistique entre ses mains arthritiques. Elle en sortit une boule de cristal qu’elle avait certainement dénichée dans un magasin de farces et attrapes.

Concentrée, elle sonda l’âme de Petula qui réprima son envie de rire. Soudain, les yeux de la vieille chouette se dérèglèrent comme des toupies. Brigitte Jeanjean s’agrippa à son siège.

Au bout de quelques secondes, la voyante retrouva finalement une expression civilisée. Elle annonça d’une voix résignée :

  • Et ben madame, y a du souci à se faire.

  • Oh mon Dieu ! Quoi?

  • Va falloir rester vigilante. Votre petite, elle file un mauvais coton.

  • Oh la la, je m’en doutais !

  • Elle est… différente.

  • Qu’est-ce que vous avez vu ?

  • Etrangement, tout est brouillé et ça, c’est pas bon signe.

  • Vous ne voyez rien ?

  • Rien.

  • Dieu du ciel !

  • Je ne vous le fais pas dire.

  • Petula chérie, il va falloir que tu fasses bien attention, hein ? Promets à maman…

Petula était médusée par le ridicule de la scène.

  • En ce qui vous concerne Madame, je vois que votre conjoint et vous-même allez vivre une seconde jeunesse.

  • Ah bon ? s’empourpra Brigitte.

  • Oui mais…

  • Mais quoi ?

  • …vous la vivrez peut être séparément.

  • Quoi, on va divorcer ?

  • J’ai pas dit ça.

  • Vous avez dit quoi ? sursauta Brigitte épouvantée.

  • J’vous dis que j’ai pas dit ça. Me faites pas dire ce que j’ai pas dit sinon je l’aurais dit. Je dis ce que je dis.

La voyante disposa ensuite des cartes de tarot sur la table. Méthodiquement, elle les retourna les unes après les autres. Petula allongeait son cou frêle pour apercevoir les dessins colorés qui l’intriguaient. La cartomancienne pointa du doigt l’image qui se trouvait au centre. Elle représentait une reine assise sur son trône, une coupe d’or à la main. Elle releva la tête lentement. Le suspense était à son comble. La mise en scène était parfaite.

  • Malheureusement, ça se confirme. Cette carte inversée annonce le déshonneur ou le vice, tout dépend. Navrée ma bonne dame. Pourtant Dieu sait que j’aime pas apporter les mauvaises nouvelles mais bon…

  • Je le sentais. C’est affreux…

  • Je vais pas enjoliver pour vous faire plaisir, je suis pas un de ces charlatans, dit la vieille d’un ton vaguement compatissant.

  • Je n’en doute pas. Je vous fais confiance, dit Brigitte les yeux dans le vague.

Pour clore la séance, la voyante asséna:

  • Bref, ces cartes sont de mauvais présages.

Pendant quelques secondes, rien ne se passa. Brigitte Jeanjean resta figée. La medium attendait son argent. Petula retenait sa respiration, observant silencieusement la balourdise des adultes.

Sa mère finit par extirper quelques billets de son sac bariolé. Elle les tendit à la cartomancienne qui empocha la somme avec la fulgurance d’une langue de lézard qui gobe un insecte imprudent. Puis, elle salua Brigitte d’un geste plus las.

A l’extérieur, il faisait chaud. Petula se sentait engoncée dans ses collants de laine blanche, trop à l’étroit dans ses ballerines. Elle gesticulait comme un animal pris au piège. Sa mère, submergée d’ésotérisme, ne le remarqua pas. De retour à la maison, elle se précipita vers l’étagère de l’entrée et se plongea dans la lecture enfiévrée de Passerelles mentales entre l’ici et l’ailleurs. Petula prépara donc elle-même son goûter et se réfugia dans sa chambre pour parachever le drame qui se jouait entre Barbie et Big Jim.

Le soir venu, en la bordant, Brigitte Jeanjean semblait avoir repris espoir. Elle prêcha:

  • Petula chérie, si la nuit tu rêves d’un tigre ou bien d’une personne qui est au ciel – par exemple Pépé – et qu’il vient te dire des choses, il faudra que tu racontes tout à Maman, d’accord ? Et si le tigre est méchant, tu dois t’enfuir.

  • Mais enfin chérie, l’interrompit son mari en tapinois derrière la porte, tu ne crois pas que tu devrais éviter de lui mettre ça dans le crâne juste avant qu’elle dorme ? Ça pourrait la perturber, n’oublie pas qu’elle n’a que sept ans…

  • Pour ta gouverne cher Tanguy, répondit sèchement Brigitte, rêver d’un tigre signifie qu’on est persécuté. Donc, en tant que mère, j’estime que je me dois de la mettre en garde, enfin si ça ne te dérange pas trop ! Par contre…

  • On ne dit pas « par contre », souligna Petula.

  • En revanche, reprit docilement sa mère, il est dit que si on parvient à éviter l’attaque du tigre, on peut au contraire avoir de bonnes surprises, comme le succès, la gloire, tout ça… Et je vous signale que si un être cher – mais obligatoirement décédé, ça va de soi – apparaît en rêve, c’est qu’on reçoit une… ? Une ?

  • Une visite astrale, répondit Petula désabusée.

  • Allez, il est temps d’éteindre la lumière, chantonna son père pour écourter l’échange.

Brigitte s’égosilla brusquement :

  • Et une visite astrale c’est l’esprit du défunt qui te donne des clefs pour éviter les obstacles de l’existence ! Et Dieu sait qu’il y en a ! Alors OUI, en tant que mère, j’estime qu’il est de mon devoir de prévenir Petula! Alors OUI, s’il y a ne serait-ce qu’un SEUL moyen de contourner les présages, il faut l’envisager...

Silence de l’époux qui s’éloigna à pas feutrés.

  • Tu ne respectes rien Tanguy, lui lança Brigitte. Tu ne crois en rien ! dit-t-elle tristement.

Petula suffoquait de ressentiment. Ses parents étaient décidément indignes d’elle.

Cette nuit-là, elle rêva inévitablement de son défunt pépé chevauchant un beau tigre blanc. Un rodéo céleste. La nuit était constellée d’yeux de voyante qui se démultipliaient en kaléidoscope. La minuscule enfant était enfermée dans une boule de cristal. Elle tirait la langue à la vieille Irma qui secouait la boule. La neige tourbillonnait et s’abattait sur elle. La fillette était ensevelie. Ce rêve resterait secret. Jamais elle n’en soufflerait mot à son égarée de mère. Les enfants sont très perspicaces […]


© Blanche Cabanel

Ça vous a plu ? Parlez-en à votre ami éditeur 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 années ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *