Cauchemar à la caisse

Magasin de nuitJe ne souhaite à personne de tomber sur la caissière la plus rapide de l’est (parisien). Chaque nuit je fais le même cauchemar, elle me hante.

Intérieur nuit, néons qui grésillent au dessus des rayons.
Musique de Psychose de Hitchcock dans les hauts parleurs (dans la vraie vie c’est « Sapé comme jamais » de Maître Gims) .

Imagine des êtres sans âme qui s’agglutinent à la caisse. C’est ton tour. Le tapis roulant est en marche.
Cette fameuse caissière, plus rapide que l’éclair, bipe tes produits mais la cliente qui te précède n’a pas encore commencé à ranger les siens. Elle n’arrive pas à ouvrir son sac plastique. Les deux bords refusent  de se décoller. Elle peste, ça l’agace tellement.  Le type derrière toi a l’air excessivement pressé. Il soupire très fort pour te le faire savoir. C’est un cauchemar sans issue. Tu es pris(e) en sandwich. Ta junk food  (Euro 2016 oblige) se mélange aux produits bio et sains de la bombasse qui galère devant. Tes pizzas surgelées et tes chips goût barbecue s’amoncellent  sur ses bouteilles de lait de soja, ses craquotte au sarrazin et sa botte de radis.  D’ailleurs elle te lance  un  petit regard discret et méprisant. Elle  « fait attention », elle. C’est un genre de Gisèle Bunchen qui se nourrit quasi exclusivement de green juices detox ( faits maison bien sûr, grâce à son super extracteur de jus multi-options).  La caissière accélère encore. C’est la Usain Bolt du tapis roulant. Tu voudrais hurler au vigile « arrêtez cette femme » mais ta gorge est nouée. Le bip est lancinant, la caissière te défie du regard. Elle maugrée : « z’avez la carte fidélité? » Non, bien sûr tu ne l’as pas, tu ne fais pas partie du club, tu es exclu(e), personne ne t’aime, d’ailleurs tu as raté ta vie. La preuve, tu es incapable de tenir le moindre régime. Et si tes parents n’étaient pas tes vrais parents ?  Pardon, je m’égare…

Tu  essaies alors de reprendre tes esprits, tu respires un grand coup. Tu es un adulte, tu vas t’en sortir.

Quand soudain, le pire advient.

Tu dois payer mais…

 

… tu as oublié ton portefeuille.

FIN

Alors si comme des milliers de personnes tu as  uniquement la gentille petit phobie dite de « la file d’à côté qui va plus vite que la tienne », relativise un peu. Tu ne connais pas ta chance:

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *