La tendance gypset peut aller se rhabiller

Vous avez dit « gypset »? Et pourquoi pas « tzindé », le style du tzigane blindé? Retour sur une fashion boulette.

Au secours l’été arrive.  Chaque  année, les magazines féminins recyclent les vieilles tendances. On voudrait nous faire croire que le look  basique « blanc + sandales + chapeau de paille » est une innovation balnéaire totalement avant-gardiste (au passage, je rappelle que le choix de ce genre de vêtements estivaux n’est pas  forcément pour avoir l’air « virginal », c’est aussi parce qu’avec une doudoune Uniqlo, des Uggs fourrées et un bonnet en mohair on aurait  plutôt l’air con sur le front de mer). L’astuce des rédactrices de mode à chaque nouvelle saison? Offrir un bon lifting au jargon de rigueur.

amenapihMagnanime, on a donc toléré différentes dénominations pour un même look. On nous a bien vendu l’irrésistible tendance dite ethnique ou nomade, voire carrément néo-tribale, renommée bohème ou boho avant de s’embourgeoiser pour devenir hippie-chic. Pourquoi pas, c’était presque gérable. Mais là non, c’en est trop. Le concept de gypset mérite un grand coup de pelle derrière les oreilles.

Eric SalchLe rom clinquant : une idée en or

Quelle modasse nourrie aux fines herbes (voir image ci-contre) a pu avoir l’idée de créer cet indécent néologisme, contraction de gypsy (gitan) et de jet-set?  L’oxymore est quasi parfait. La gypset girl est une fille qui ne sait tellement plus quoi faire de son argent qu’elle s’habille en bohémienne pour voyager en jet privé dans des contrées qui répondent à son besoin vital d’authenticité (piscine à débordement comprise). Bref, le luxe « roots ». Le rom clinquant. Le « bohème glam » nous dit Marie Claire qui annonçait l’avènement d’un véritable « mouvegypset style j.chaplinment gypset » dont la chef de meute est la journaliste globe-trotteuse Julia Chaplin (en vrai c’est elle qui a inventé le mot-concept, et soit dit en passant, elle a le meilleur job du monde). Au point où on en est, pour que ses adeptes aillent s’encanailler à Coachella l’année prochaine, pourquoi ne pas créer le look « tzindé » du fameux tzigane blindé? Le style blinguémien du bling-bling bohémien? La touch « her’chel » de l’héritière romanichel ? L’outfit crédouin du Crésus bédouin ou l’allure « toubab » du touareg nabab… (ah non, dans ce cas-là c’est encore autre chose*).

Jb Mondino / madame.figaro.frPlein aux as, en toute simplicité

Selon l’Obs, ces « nomades chics » seraient « le symbole du cool« . C’est vrai, qu’est-ce que c’est cool d’être riche! Ça ne parait pas comme ça, mais c’est vraiment swag. Genre poseeey. Pour le Figaro Madame (attention je cite), « la gypsette promène son chic aristo-bohème de Brooklyn à Tanger. Le monde, pour elle, n’a pas de frontières. Sa philosophie, c’est l’épicurisme, son dogme, l’authenticité, son style, la simplicité« . Attendez, je ris trop. Nicole Richie en caftan Missoni lors d’une soirée à Beverly Hills, c’est  la simplicité incarnée, elle est TELLEMENT « authentique »!

Brigitte BardotIl faut bien l’admettre, de l’indétrônable Bardot à Saint-Tropez, jusqu’à certaines  allures pseudo bohèmes (mais néanmoins jolies) d’aujourd’hui, ce look bariolé a largement fait ses preuves, soit.  Mais le concept gypset, lui,  peut aller se rhabiller ( et bien sûr je compte sur vous pour propager ce message, un peu de politiquement correct dans le monde de la mode ne faisant jamais de mal à personne).

*toubab: mot d’Afrique de l’Ouest utilisé pour désigner les personnes à peau blanche.


Image à la une : Jean Baptiste Mondino / madame.lefigaro.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *