Canal+, c’était mieux avant

Les Nuls, Canal +Ah que coucou! Nous sommes en juillet 2016, l’école est finie, « l’esprit Canal » aussi.  D’un côté, il  y  a le camp des nostalgiques qui, en regardant le dernier Zapping, ont dit adieu à leur jeunesse. Toute une époque, depuis les sketches des Nuls (« Chantal, vous avez un Tampax sur l’oreille ») jusqu’aux punchlines d’Orelsan et Gringe dans Bloqués (« le stylo 4 couleurs c’est une banane, au bout d’un mois le bleu il marche plus, et t’écris en vert comme une victime« ), en passant par les Deschiens qui ont  définitivement fermé le rideau métallique, Omar et Fred qui ne viennent plus aux soirées du SAV ou Catherine et Liliane qui ont récemment fait leurs cartons (mais qui reviennent à la rentrée). Et d’un autre côté, il y a le camp de ceux qui se frottent les mains, ravis de voir la gauche caviar ainsi endeuillée, son arrogance partisane réduite à l’état de cendres par Super Bolloré, au profit d’un Cyril Hanouna tout-puissant. Et bien « mes petites beautés », vous allez déguster.

Pop culture vs  culture populaire (notez la nuance)

José Garcia - De CaunesA ma gauche, il y a  donc ceux qui ont encore l’impression que José Garcia, Jamel DebbouzeRaphaël Mezrahi, Edouard Bear ou Eric et Quentin font partie de leur bande de potes. Que Gildas, Jean-Pierre Coffe, Bonaldi et Ardisson sont un peu leurs tontons. Que PPD est un vieux doudou et Chico do Brasil un ex, quasiment oublié.  A ma droite, il y a ceux qui affirment que Les Guignols et Le Petit Journal de Yann Barthès sont aussi insultants pour la « France profonde » que dangereux pour les politiques (et les lobbies). En somme, il y a ceux qui ont grandi avec Ouin Ouin allias Pine d’huître et ceux qui se rallient à Morano, Zemmour et Le Pen, du côté des ennemis officiels de Canal+.

porno cryptéDans les années 90, certains trouvaient que l’équation de départ foot + porno + humour + cinéma était  tout simplement le best of de leurs principaux centres d’intérêts. D’autres n’y voyaient que du marketing payant et crypté, réservé aux élites branchées, au mépris des classes populaires. Pourtant, si je ne m’abuse, un bon vieux PSG-OM, un  épisode de Kaïra shopping ou un gang bang visionné à travers une passoire n’ont jamais été  des programmes spécialement « intello – CSP+ ».  En tout cas, le crypté reviendra en force à la rentrée, ne laissant plus que 2 heures de programmes en clair  contre 6 actuellement.

Grand Journal Cannes Et puis un jour, « l’esprit Canal » n’a  plus été ce qu’il était. La mayonnaise ne prenait plus. Sous les spotlights, le malaise était parfois palpable. Les miss météo n’étaient pas toujours drôles. Les plateaux en direct du clinquant festival de Cannes pouvaient donner raison aux haters, agacés par ce carré VIP retransmis sur petit écran. Il suffisait pourtant de tomber ensuite sur une série ou un documentaire signé Canal pour se réconcilier avec la chaîne qui, de ce point de vue, a toujours misé sur la qualité.

 

Télé rebelle vs télé poubelle

BrefBref (comme dirait l’excellent Kyan Khojandi), vous l’aurez compris,  j’ai choisi mon camp ; le camp du tchi-tcha. Celui où l’on peut faire n’importe quoi dans une Boîte à Questions. Sérieusement, dans la vie, vaut-il mieux être un bobo anti-raciste, cinéphile, fan de Zizou, qui se rit du pouvoir en place, ou un conservateur qui craint tellement  la dérision qu’il y préfère la censure, l’ambiance « Quand il pète il troue son slip » (qui, certes, ne fait de mal qu’au bon goût) et les rédactions dociles ?  Je ne comprends pas, pour ça on avait déjà  TF1, M6  et un chapelet de chaînes TNT, avides de télé réalité et d’enquêtes anxiogènes (au lieu de profiter de votre été, méfiez-vous des cambriolages perpétués par de vilains roms à Palavas-les-Flots, une  no go zone réservées aux putes, à la mafia, aux dealers et à la jeunesse qui s’alcoolise à outrance sans protection solaire). Assisterait-on à l’uniformisation des lignes éditoriales qui ensevelirait encore davantage la télévision sous les clics effrénés de la génération Z? Ou aura-t-on au contraire de bonnes surprises à la rentrée avec Victor RobertDominique Farrugia, Antoine de Caunes, Cyrille Eldin et Mouloud Achour aux manettes ? C’est tout a fait possible, ne jouons pas les anciens combattants. Le changement a toujours du bon… mais l’arrêt du Zapping me reste en travers de la gorge.

Tout fout l’camp ma bonne dame

zappingDevant le tout dernier Zapping, j’ai senti mon cœur se fendiller. Pourquoi le supprimer? D’après les détracteurs de ce programme emblématique, faire la promotion des chaînes concurrentes n’était pas très malin. Pour moi, le Zapping était au contraire une œuvre quotidienne aussi grinçante que salutaire. Le reflet de notre société à travers un condensé d’émotions contradictoires qui nous interrogeaient. La compil de la vie, pour le meilleur et pour le pire. Le souvenir de nuits blanches passées dans une salle de cinéma où, tous ensemble, les spectateurs éclataient de rire, pleuraient ou s’indignaient au profit d’une bonne cause (Les Nuits du Zapping organisées par Solidarité Sida).
Mais il parait que toutes les bonnes choses ont une fin (qui est le rabat-joie à l’origine de cet adage?). Nous sommes en 2016 et en effet, cela fait trop longtemps déjà qu’on regrette les  patins à roulettes sur les dancefloors, les stylos plume, les feux de camp autorisés sur la plage, les rendez-vous à la cabine téléphonique, les déclarations d’amour sur cartes postales, les chorés de Michael Jackson et les slows de face B. Désormais, je regrette aussi cet « esprit Canal » parfaitement incarné par le Zapping. Notre Zapping.
Voilà c’est fini, on s’dira pas au revoir comme sur le quai d’une gare… Alors a’tchao bonsoir.

Le dernier Zapping :

L’esprit Canal vu par les Tutos de  Jérôme Niel :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. bravo pour votre site, bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *