Dingue de Marianne Guedin, scénographe végétale

En cette journée de la femme, j’ai choisi de vous parler du travail spectaculaire et féérique de la scénographe végétale Marianne Guedin. Après ça, vous serez vous aussi dingues de Guedin!

Version originale de mon article pour le site américain Garden Collage

Dans le quartier bohème de Montmartre à Paris, Marianne Guedin, scénographe végétale et set designer très sollicitée par les grands noms du luxe, nous reçoit en toute simplicité dans son atelier bondé de fleurs en tout genre. Elle est en train de les mettre dans l’eau pour les faire éclore avant l’événement d’un de ses clients. Pendant ce temps, sa petite poule se promène en liberté dans l’appartement.

Portrait Marianne GuedinB&S: Présentez-nous cette adorable petite poule !
MG: Elle s’appelle Poulette, c’est un échantillon de mon village, Saint-Julien, du côté de Dijon. Un monsieur y collectionne des volailles extraordinaires. Elle, c’est une soie frisée. J’ai aussi un épagneul breton. Et avant, j’avais même des perruches en liberté.

Pourquoi dit-on de vos scénographies qu’elles sont grandioses ?
Parce qu’il s’agit souvent de records de linéaires ; j’ai fleuri un dîner pour Valentino à Rome avec 750m de table, donc c’est assez monumental. D’ailleurs, pour l’exposition Monumenta du Grand Palais, j’ai fleuri un banquet avec environ 35m de linéaire. Et pour une installation Cartier Haute Joaillerie à Versailles, c’était 7 tables de 35m de long. Mes installations peuvent aussi être de la scénographie pure. J’ai fait un décor pour le défilé haute couture de la marque israélienne Galia Lahav au Grand Palais, il n’y avait pas une fleur mais que des totems monumentaux.

Scenographie Marianne Guedin pour Valentino party

Selon vous, quelle serait votre scénographie la plus représentative ?
J’adore quand on me demande de faire une table décorum pour les soirées de Valentino car il ne souhaite avoir que des fleurs bizarres, noires par exemple, et j’adore le bizarre ! C’est un univers excentrique, pas du tout consensuel. On fait un vrai travail d’équipe sur des thèmes qui nous font vraiment réfléchir. La dernière fois, c’était un thème gothique. On mélange du feuillage de nos régions avec des fleurs exotiques… j’utilise chaque élément comme des touches de peinture.

Détail Marianne Guedin- Valentino A quoi ressemble une composition typique de Marianne Guedin?
Mes compositions sont comme des tableaux, avec des mises en scène baroques. Je mélange les plantes avec des fruits et des confiseries, les mauvaises herbes avec des fleurs raffinées, comme si on revenait d’une ballade en forêt et qu’on complétait la scène avec des trésors trouvés chez le fleuriste du coin. J’aime aussi beaucoup les grappes de groseilles que je tisse avec du fil de couture pour qu’elle soient très généreuses…

Rachel Ruysch 1664-1750Quelles sont vos influences artistiques?
Mes études artistiques et l’art contemporain, même si ça ne parait pas évident dans mes compositions baroques, c’est ce qui m’anime et m’inspire. Les collages de Matisse, les mobiles de Calder, son petit cirque conçu avec trois fois rien… Quant au côté baroque, il me vient de la peinture italienne du 18ème siècle et j’adore les tableaux de Vanités ; les crânes, le sablier, la fleur fanée.

Votre père était magicien, vous a-t-il inspiré ce goût de la mise en scène ?
Sans aucun doute ! Il nous emmenait voir des spectacles, nous invitait au cirque… Il fait du « close up », c’est de la magie de salon. Pas de femme sciée en deux mais de petits tours de cartes avec des détournements d’attention, mais on retrouve quand même le côté spectaculaire réalisé avec trois fois rien.

Quel est le lieu qui vous a le plus inspirée?
Le jardin de ma mère quand j’étais petite. Il n’y avait aucune contrainte, pas d’interdit. Elle mélangeait toutes les couleurs, toutes les variétés, et c’était très joli.

Mariage VIP Marianne GuediNLe plus gros défi que vous ayez relevé ?
C’était la première fois qu’on m’a confié trois jours de décor pour un mariage princier dans le sud de la France. Il y avait trois thématiques. La première soirée était fuchsia et rose, la seconde blanche avec des pointes de bleu, et un grand brunch pastel avec des fleurs des champs. Il y avait de grosses quantités à apporter sur place. Je n’avais vraiment pas le droit à l’erreur.

Marianne Guedin : VersaillesAvez-vous un petit secret de fabrication ?
Je l’appelle le « piqué Colette ». C’est mon amie Colette qui m’a appris une technique de fleurs piquées dans la mousse pour pouvoir faire de très hautes compositions et les transporter facilement. Elle a changé ma vie avec ça donc j’aimerais vraiment que vous gardiez ce passage de l’interview!

Vos bougies parfumées ont beaucoup de succès. Comment sont-elles élaborées ?
Je raconte mon histoire à un nez ; mes souvenirs d’enfance, mes voyages, des odeurs gourmandes… Par exemple, ma bougie « Dingue de Guedin » a l’odeur de mon parcours d’enfant quand, le matin, je traversais le jardin de mes parents, puis le verger du voisin, jusqu’à l’arrêt de bus qui me conduisait à l’école à Dijon. Elle est donc composée de l’odeur de la terre humide, du gazon frais et des fleurs de verger.

detail Vases Marianne Guedin ©Maxime MassareVous flirtez toujours avec le design puisque vous créez aussi des objets, comment cela a-t-il démarré ?
Au départ, je créais des objets au service des fleurs. J’ai alors été créatrice de l’année pour Now! Au salon Maison et Objet grâce à ma collection de vases. Et petit à petit, j’ai décliné mon savoir-faire. Ensuite j’ai présenté mes bougies. Je fais aussi des objets d’art, et aujourd’hui un lampadaire pour une marque de mobilier haut de gamme.

Pour finir, que préférez-vous dans ce métier-passion ?
Quand on me dit « merci beaucoup », parce que je doute toujours, jusqu’au dernier moment. Quand je sens que les gens sont contents et qu’ils sourient, c’est mon plus grand bonheur. Vous savez, je ne m’attendais pas à ce métier alors je voudrais dire à ceux qui débutent que lorsqu’on aime ce qu’on fait, on arrive toujours à ses fins. Tout est possible !

Detail Marianne Guedin - Fendi

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Replies to “Dingue de Marianne Guedin, scénographe végétale”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *