Precious & Wild : les plantes prennent des allures de noblesse

Precious & Wild
Dans sa maison-atelier du 20ème arrondissement de Paris, Karine Perillat marie le végétal et le rétro, « jouant avec le précieux et apprivoisant le sauvage », dans un univers inspiré des cabinets de curiosité du XIXè siècle. Son concept Precious & Wild est né d’une idée simple et géniale : donner aux plantes un contenant détourné, déniché  en brocante ou chez des antiquaires.

(Version française de mon article pour Garden Collage)

Karine Perillat, Precious & WildJournaliste de presse culturelle pendant vingt ans, Karine entame sa reconversion professionnelle dans la décoration d’intérieur en misant sur ses deux passions : la brocante et les plantes. Sur son site, elle propose des créations végétales élégantes ou décalées, qu’elle personnifie en les baptisant avec une touche d’humour et de belles références. Chacune de ses inventions est un clin d’œil malicieux à l’histoire de la peinture, à la littérature ou à la pop culture : « j‘ai utilisé des prénoms comme « Arvo », en hommage au compositeur Arvo Pärt, « Champagne Supernova » qui est une chanson d’Oasis, « Ceci n’est pas un Cactus » en référence à Magritte ou « L’origine du Monde » pour détourner le titre de Courbet avec une plante à l’aspect phallique !» s’amuse-t-elle.

Pour créer, Karine fonctionne par coups de cœur et par étapes. D’abord, elle chine et sélectionne avec soin les objets dans les marchés aux puces, les brocantes ou chez les antiquaires. Une fois chez elle, elle nettoie son butin, répare si besoin, retire la patine puis perce le dessous des contenants afin d’éviter l’eau stagnante. Enfin, elle offre une seconde vie à ces saucières, théières, tasses et autres seaux à glaçons en les associant avec différents végétaux aux allures graphiques, à la recherche de la combinaison parfaite, celle qui raconte une histoire. Le recyclage des contenants et l’utilisation de terreau bio participe de sa démarche écoresponsable. Quant au choix des plantes, il répond à deux critères : « je les choisis pour leur forme sculpturale. Parfois, même la racine peut avoir un véritable intérêt, notamment chez le ficus ginseng qui a presque une forme humaine. Et comme les gens n’ont pas forcément la main verte, je privilégie la facilité d’entretien avec des plantes qui demandent peu de soin, comme les cactus, les succulentes, les tubéreuses et les plantes persistantes. »

Precious & Wild
*sculptures de Laëtitia de Bazelaire

Ses créations prennent ensuite la pose dans des mises en scène  inspirées des Vanités : « je les photographie moi-même devant des œuvres d’art anciennes – comme un portrait de Saint-Sebastien datant XVIIè siècle par exemple – des œuvres plus contemporaines d’artistes que je connais ou un crâne de buffle… J’aime particulièrement les univers baroques et chargés mais je peux aussi bien m’inspirer des cowboys ou des vikings ! »

Karine tient particulièrement à ce que ses créations soient « à la portée de chacun en fonction de ses moyens ». Les prix varient donc de 15 à 150€. Ils comprennent un service après-vente qui consiste à donner quelques conseils par mail ou téléphone sur envoi de photos. «Je peux aussi répondre à des commandes si vous voulez me confier un objet sentimental » précise-t-elle. Une fois les plantes adoptées par ses clients, elle les emballe précautionneusement et assure souvent elle-même la livraison. Une façon de partager avec les autres sa nouvelle « épopée sauvage» !

Precious & Wild

Instagram Precious & Wild

Facebook Precious & Wild

Actuellement en vente chez Coeur Grenadine, 76 Avenue du Général Michel Bizot, 75012 Paris

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *